Comprendre (enfin) l’allégorie de la caverne de Platon

Philosophie 19 novembre 2016

Comprendre (enfin) l’allégorie de la caverne de Platon

Platon (424-347 av. J.-C.) c’est l’histoire d’un grec qui a consacré toute sa vie à la philosophie. Son apprentissage commence avec Socrate — un vieux philosophe, sage, qui enseignait sa philosophie aux petits jeunes. Et pour la petite anecdote, Socrate n’a jamais rien écrit de sa vie : c’est Platon qui a retranscrit la philosophie de son maître dans ses nombreux ouvrages.

Mais, en -399, tout bascule. Socrate est condamné à mort. Il est accusé de corruption de la jeunesse car sa philosophie n’était pas assez tournée vers la religion et négligeait les Dieux grecs. Et ça, bah ça n’a pas trop plu.

Alors, après la mort de Socrate, Platon poursuit sa quête vers la connaissance et crée sa propre école : l’Académie. Et ça fait un carton. Platon a de nombreux élèves (dont Aristote) et enseigne sa philosophie pendant 40 ans.

caverne de Platon
Platon

L’enseignement, notre relation face au savoir, à la connaissance, la recherche de la vérité… Tout ça, Platon adore. Et c’est justement ce qu’il développe au chapitre VII de son énorme bouquin La République, avec l’allégorie de la caverne. Décryptons ensemble ce texte, l’un des plus célèbres de la philosophie.

D’abord, c’est quoi une allégorie ?

Une allégorie, c’est une image. Platon a conscience que sa philosophie n’est pas accessible à tout le monde, alors pour que l’on puisse tous comprendre, il utilise des images. 

À travers cette allégorie, Platon met en scène la condition humaine, la nôtre, mais également celle de nos ancêtres. Pour lui, nous sommes tous prisonniers d’une caverne.

Cette caverne dans laquelle nous sommes pris au piège, c’est l’illusion. Platon affirme nous vivons tous dans l’illusion. Nous sommes prisonniers de nos jugements, de fausses idées reçues, de croyances… Et tout ça, ça nous empêche de vivre dans la vérité ; puisque ce que nous croyons savoir est faux, notre rapport avec le réel est donc complètement erroné. 

Pour nous en faire prendre conscience, et pour éclairer les gens de son époque — Platon en a gros sur la patate qu’on ait condamné son maître à mort — alors, il nous montre la médiocrité de notre condition pour que nous puissions nous en délivrer. Tuto en 3 étapes.

Comment ça se passe à l’intérieur de cette caverne ?

L’intérieur de la caverne, on va appeler ça l’étape 1. Cette étape 1 représente notre état initial : l’ignorance.

caverne de platon

Nous sommes plongés dans une grotte souterraine, qui symbolise notre enfermement, notre médiocrité et notre impuissance. Platon imagine que nous sommes prisonniers de cette caverne depuis l’enfance, autrement dit : nous avons peu d’expérience de la vie, nous sommes naïfs, inconscients, et blindés de fausses croyances. On croit alors que cette caverne, c’est la vraie vie, la vérité, le réel — et on cherche pas plus loin, on est content.

Pour rendre le truc encore plus glauque, Platon rajoute à cela des marionnettistes, des manipulateurs qui montrent aux prisonniers des ombres toutes fabriquées. Ces méchants marionnettistes qui manipulent les prisonniers peuvent être soit des hommes politiques, qui font tout pour nous maintenir dans l’illusion ; soit des sophistes, ces faux philosophes qui enseignent comment manipuler par le langage, avec des discours creux.

Ces ombres (= idées reçues, fausses croyances) sont de simples reflets, elles sont immatérielles, déformées… Et pourtant, les prisonniers croient qu’elles sont réelles car ils les ont vues toute leur vie — un peu comme nous, enfant, quand on vu le Père Noël, on a longtemps cru qu’il existait.

Conclusion de l’étape 1 : l’existence de ces prisonniers est très pauvre, car leur réalité est illusoire.

Mais on peut en sortir de cette caverne ?

Les gars, on n’est plus à la Préhistoire, alors oui on peut en sortir. Platon dit même qu’on DOIT en sortir ! Et là, on arrive sur l’étape 2.

caverne de platon

Cette étape 2 vient de la rencontre des prisonniers avec le philosophe. Le philosophe va venir bouleverser leurs croyances antérieures, et instaurer le doute dans leurs certitudes. Il force alors les prisonniers à se relever, à marcher en dehors de la caverne.

Mais, les prisonniers qui étaient bien au chaud dans leur caverne ont peur d’en sortir, car le monde extérieur (= la connaissance) leur est inconnu. Jusqu’à la fin, ils sont tentés de faire demi-tour, pour retrouver une réalité familière et confortable, mais le philosophe est costaud, et les empêche de retourner dans leur ignorance.

Alors, les prisonniers commencent à comprendre qu’ils ont été manipulés. Ils prennent conscience des ombres (= les illusions dans lesquelles ils ont été bercés), des méchants marionnettistes… Et ils prennent leur courage à deux mains et sortent de la caverne.

Et il se passe quoi une fois que les prisonniers sont sortis ?

Une fois sortis de la caverne, les prisonniers sont éblouis (rappelez-vous, ils n’ont jamais vu la lumière du jour !). Mais cela symbolise aussi leur premier contact avec la vérité.

caverne de platon

Délivrés de la caverne, les prisonniers deviennent heureux, leur rapport à la connaissance, au vrai, change complètement leur existence et développe leur altruisme.

Alors qu’est-ce qu’ils vont faire ? Ils vont redescendre dans la caverne pour chercher leurs camarades prisonniers — et leur dire que c’est trop bien dehors.

Certes, redescendre dans la caverne, c’est prendre un énorme risque. D’abord, les prisonniers vont subir les moqueries de ceux restés à l’intérieur car ils sont en total décalage. Ensuite, redescendre, c’est prendre le risque de ne jamais en ressortir.

Mais pour Platon, une fois que l’on n’y est sorti, une fois que l’on a côtoyé la connaissance, le savoir, il est impossible de retourner dans l’ignorance, car la connaissance est source de bonheur pour l’homme.

Comment connait-on réellement le monde ?

Platon se sert également de l’allégorie de la caverne pour nous dire que nous avons deux manières d’appréhender le monde, les choses autour de nous : une approche sensible et une approche intelligible.

Par exemple, si je vous demande de me définir le mot « cercle », vous pouvez soit me dessiner un rond — ça c’est l’approche sensible ; soit me donner la définition de l’idée de cercle — ça, c’est l’approche intelligible.

Il s’agit de deux approches différentes. Et pour Platon, l’éducation, c’est-à-dire connaître réellement la vérité sur les choses, consiste à passer de l’illusion du sensible, à la connaissance intelligible des choses. Car le sensible est toujours subjectif — le cercle que vous m’auriez dessiné aurait pu être ovale, et non tout à fait rond. Et là, on aurait été dans le faux, car un rond, c’est rond. 

Pour finir sur la caverne de Platon … 

L’allégorie de la caverne de Platon, c’est justement cette distinction entre le sensible et l’intelligible. Platon ne nous dit pas de répudier pour autant notre approche sensible des choses, mais de comprendre que le sensible ne permet pas la science.

Le savoir ne se trouve pas dans nos croyances, opinions ou sensations (= les ombres dans la caverne), mais dans une vérité intelligible, que Platon appelle les Idées.

L’allégorie de la caverne, c’est donc une invitation à sortir de l’ignorance dans laquelle nous nous trouvons, et reconnaître l’intelligence présente en nous pour aller vers la connaissance.

PS : si vous avez aimé cet article, je viens de publier mon premier livre de philo ! Il va vous plaire ! Cliquez ici pour le découvrir et le commander.

La philo, comme vous la vouliez.
Simple et passionnante.

Que vous soyez un étudiant perdu dans ses cours de philosophie ou un curieux qui se pose des questions sur la vie, la mort, l'amour, le bonheur et la solitude, ce livre a été pensé et écrit pour vous.


Rédactrice — diplômée en littérature, passionnée de philosophie et de plein de trucs cool qui font réfléchir.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Sorry that something went wrong, repeat again!

164commentaires

des plus récents
Meilleur des plus récents des plus anciens
1

Platon explique que nous sommes prisonniers de nos ombres et que pour voir la lumière il est nécessaire de regarder nos ombres afin de les éclairer et nous libérer de nos résistances à la lumière.

2

Bravo et encore merci! Les Gillets jaune ont dues lirent ton commentaire et grâce à toi lol ils sont sortie de leur caverne! Mekiiiii

3

Il est bien possible que cette fois j’arrive à retenir la leçon, de Platon et sa caverne. Merci c’est très bien expliqué ! J’espère que c’est vrai et que ce ne sont pas que des ombres sur un écran !

4

Ça, c’est la manière classique de comprendre l’allégorie. Je vous en propose une autre, que vous trouverez plus détaillée dans ma traduction de l’allégorie sur mon site Internet “Platon et ses dialogues”: http://dialogues-de-platon.org/fr/tetra_4/republic/caverne.htm, qui prend en considération le fait que l’allégorie de la caverne doit se comprendre à la lumière de la mise en parallèle du bon et du soleil et de l’analogie de la ligne qui ont précédé: les prisonniers, ce sont les hommes (en fait leur âme) en tant que sujets capables de connaissance; les porteurs cachés par le mur derrière eux, ce sont les MÊMES hommes /âmes, cette fois en tant qu’objets de connaissance les uns pour les autres (“apprends à te connaître toi-même”, ‘gnôthi sauton”, la devise de Socrate), qui, en tant qu’âmes, sont invisibles aux hommes dans le monde visible/sensible que représente la caverne; les statues qu’ils portent, ce sont les créatures matérielles, dont des “statues d’hommes” (“andriantas” en grec, mot dérivé d'”anèr”, qui signifie “homme” en tant que mâle par opposition à femme, alors que les hommes prisonniers et porteurs sont appelés “anthrôpoi”, c’est-à-dire “homme” en tant qu’espèce, par opposition à animaux ou dieux), qui représentent leurs corps sensibles. Les ombres, ce sont les apparences visibles de ces corps et le problèmes des prisonniers enchaînés, c’est qu’ils croient que la réalité, c’est ce qu’il voient avec leurs yeux, alors que les images fournies par la vue ne nous font connaître que l’apparence visible (“eidos” en grec) des choses. Pour dépasser les simples apparences, il faut se libérer des chaînes que représentent l’emprise des sens, et de la vue en particulier, sur nous depuis l’enfance et se retourner pour découvrir ce qui se cache derrière les apparences (les statues dépassant du mur). Mais tant qu’on reste dans la caverne, on en reste au sensible. Pour comprendre les choses, c’est-à-dire découvrir leur principe d’intelligibilité, leur “idea”, il faut sortir de la caverne. Mais là nous attend un autre problème: l’intelligibilité s’exprime par des mots, qui prennent la place des images visibles de l’intérieur de la caverne, et le risque est que nous prenions les mots pour ce qu’ils désignent, ou plus précisément, que nous ne nous rendions pas compte que les mots ne sont pas ce qu’ils désignent, mais de simples étiquettes. Ce premier stade hors de la caverne, où le prisonnier libéré retrouve dehors tout ce qu’il y avait dans la caverne, dont les hommes/âmes (“anthrôpoi” au pluriel), devenus cette fois “visibles”, c’est celui où il ne peut encore en appréhender que les ombres et les reflets (des mots et des discours de ou sur ces hommes). Pour pouvoir voir les hommes eux-mêmes, c’est-à-dire les comprendre, il faut dépasser le stade des mots et accéder à ce qui est au-delà des mots, les “idées”. De plus, il y a hors de la caverne des choses qui n’ont pas leur contrepartie (sensible) dans la caverne, les astres, la lune et le soleil, qui correspondent à des “idées” purement abstraites, sans contrepartie sensible, comme par exemple le beau, le juste ou le bon. Et le soleil qui éclaire tout le reste est justement l’image du “bon” (pas du “bien”, comme on le dit en général, qui est trop strictement moral, mais du “bon” aussi bien sensible et matériel que moral), dont Socrate a dit auparavant, dans la mise en parallèle du bon (“to agathon”) et du soleil qu’elle jouait pour l’intelligence le rôle du soleil pour la vue, ce qu’illustre dans l’allégorie le fait que son image, le soleil, éclaire tout le reste. Dire que le bon est la lumière de l’intelligence, c’est dire que tout homme recherche toujours ce qu’il estime bon POUR LUI, non pas comme un moyen en vue d’autre chose, mais comme une fin en soi, et que l’outil qui lui a été donné pour ça, c’est justement l’intelligence et le “logos” (parole/raison). Sortir de la caverne, c’est donc chercher à comprendre les choses à la lumière du bon pour tenter d’accéder au bonheur, individuellement et collectivement, puisque les hommes sont fait par nature pour vivre en société (ce sont des “animaux politiques”), ce qui leur a permis de développer le “logos” (“parole” porteuse de sens et pas simple bruit conduisant à la “raison”, les deux sens du mot “logos”). Ils doivent donc comprendre que leur bonheur ne peut faire l’économie de la prise en compte des autres et c’est la raison pour laquelle il faut redescendre dans la caverne.

5

la cavernes represente la maison ,les prisonnier sont les telespectateur , les chaines sont les chaines de television et les ombres c est les image que nous regardons a traver la television alors que sa realiter se trouve en dehors de cette maison autrement dit de cette caverne.

6
Soumahoro Ahmed Désiré

Merci pour cette explication aussi limpide , qu’intéressante ce fut un plaisir.

7

La caverne de Platon, n’a-t-elle pas été réalisée techniquement par les industries de télécommunication ? Qu’est-ce qui ressemble plus à un prisonnier enchaîné, contraint à ne regarder que dans une seule direction, qu’un téléspectateur ? L’écran des smartphones a pris la relève, peu commodes à consulter en plein soleil. Y a-t-il une technologie de pointe au service de l’ignorance ?

8

Bravo pour votre article sur le Mythe de la caverne!

Accessible et clair, un vrai plaisir!

9

L’allégorie de la caverne de Platon…

ces mots résonnent dans ma tête comme les paroles d’une chanson qu’on connaît par cœur.

Mais mon bac philo est loin et depuis 1980 j’avais pris bien soin d’oublier tout ça le plus vite possible pour découvrir d’autres sujets bien plus à mon goût !

Dans cet article je redécouvre ce dont il s’agit. Et ça m’interpelle.

Finalement moi qui détestait le prof de philo et, par extension, la matière, là… je me demande si je devrais faire l’effort de réviser un peu mon jugement et prendre la peine de relire ce que j avais pris à l époque pour “un mauvais moment à passer pour avoir le bac”… Mon mari aurait-il finalement une bonne raison d’aimer la philo ?….

10

Très belle explication. Merci

11

Ah, si nos chers professeurs de philosophie dans les lycées étaient aussi limpides, drôles et accessibles dans leur approche…je suis certaine que les jeunes esprits y trouverait de nombreuses clés !

12

Bonjour Doria.
J’ai 61 ans et depuis mes 23 ans j’ai développé une philosophie “du point d’appui, qui pourrait t’intéresser.
Elle permet d’apprendre à faire ce que l’on fait, en prenant de la distance avec tous ce qui caractérise le défaut de symétrie, cette notion de l’aléatoire qui nous éloigne du vrai, pour basculer ou faire basculer un tiers dans le faux.
De Platon je remarque surtout qu’il était un républicain farouchement opposé à l’idée de la démocratie, ce n’est pas avec lui que j’aurais pu m’entendre, en lui disant que l’Homme est un point d’appui pour l’être suprême et vis et versa, pour ne pas dépareiller avec le principe de la réciprocité.
De mon point de vue, la philosophie existe depuis le néolithique, lorsque la notion de trahison intellectuelle est devenue une politique, et qu’elle repose sur des croyances électorales sans fondement.
Aujourd’hui et 7020 après le Créateur de La Démocratie, rien à changé, nous sommes toujours dans une caverne, dans laquelle on nous projette des images à partir d’un écran de télévision.
Mais rare, sont ceux qui font preuve de discernement, pour ne pas se laisser abuser par de faux démocrates, qui sont en réalité de vrais Républi-Cains, ces femmes et ces hommes qui ont un ego démesuré rempli d’un narcissisme patenté, pour n’avoir aucune raison de sortir de leur grotte et d’aider par l’empathie à sortir ceux qui sont encore et toujours enfermé, et pour cause, on ne peut pas apprendre à un tiers une chose que l’on ignore de soi-même.
A très bientôt.
Chaker (prononcer chez coeur)

13

Merci infiniment pour ces éclaircissements, je suis élève en terminal et me prépare actuellement pour le bac.

Ce genre d’article, à savoir un cours compressé et amusant à la fois sont un véritable soutient pour moi !

milles merci !!!!

14

Merci pour cet article, c’est très clair, compréhensible et accessible a tous. Moi qui avait du mal a comprendre cette allégorie! C’est top 🙂

15

Mais l’illusion ce n’est pas seulement les “jugements, fausses idées reçues et croyances”;

Le problème avec les philosophes, c’est qu’ils n’arrivent jamais à appliquer leur déduction dans la vie quotidienne;

A quoi ca vous a servi de savoir que vous avez accédé à la lumière, si c’est pour laisser cette femme dormir à même la rue ? ou rentrer chez vous et vous mettre en colère parce que le sol est sale ?

L’abîme de la connaissance s’est ouvert et…refermé;

Bonne recherche intérieure;

Nicolas

16

Magnifique tout simplement. Mille mercis !!!!!

Auteur17

Mille mercis à vous pour ce commentaire, ça me fait vraiment plaisir 🙂

18

c ‘est magnifique d’etre conscient de ce passage magique de l’ignorance vers le savoir et surtout d’inviter les autres à l ‘explorer .

Auteur19

En effet.. 🙂 Merci à vous !

20
Bah Biram Claver

Merci Doria Pour cette analyse qui facilite la compréhension de la vie et du système a plus d’Un !

Le style d’écriture utilisé est approprié et accessible a toute Personne !

Merci Pour Toi et a Plus Tard dans d’autre analyse

Auteur21

Un grand merci à vous ! 🙂

À très vite j’espère !

22

Un grand merci a vs Doria c’est extra ce que vs avez fait.Je n’ai jamais vraiment compris l’allégorie mais vs venez de m’éclairer sur bcp de pts.Encore merci vs etes fabuleuse

Auteur23

C’est vraiment adorable ! Merci pour ces gentils compliments et pour votre enthousiasme 🙂

24

Merci je n’avais jamais compris l’allégorie.C’est different de ce que je pensais un grand merci a vous ça m’as fait bcp de bien.

Auteur25

Ravie d’avoir pu aider 🙂

Merci à vous d’avoir pris le temps de me lire !

Charger plus